Canevas kitsch : non je ne déteste plus, je t'aime trop !

Quand j'étais enfant, je me souviens que dans la chambre de mamie, des visages me regardaient le matin face à mon lit quand je me réveillais doucement avec la lueur du jour glissant entre les volets. Ces 2 têtes d'enfants, je les ai retrouvées en chinant dans le grenier les vieux canevas de la maison familiale. J'aime bien ces petits points de couleur, comme une broderie ou une tapisserie. J'ai envie d'en faire quelque chose ! Alors je me mets à coudre dans tous les sens et voilà le résultat ! Je me dis que je peux désormais découper des motifs pour les broder ailleurs sur un fauteuil, un coussin, un sweat qui sait ! Ne pas oublier le côté décalé pour éviter le so kitsch aussi . Allez hop, ma collection "canevas mon amour" est née ! Non je ne délaisse pas mes couleurs et mes teintures car mes doublures restent en tissu teinté et je privilégie toujours le côté fait main en laissant les imperfections, les tissus empilés visibles ou les fils cousus. Toutes ces petites cicatrices colorées racontent aussi une histoire...
Pour vous montrer ce premier jet d'ouvrages... "canevassés", je vous abreuve de photos ;-)


Recto : "Les enfants Bowden" (1803) de John Hoppner. 
J'aime bien cette ambiance étrange de l'image ...

Pochette intérieure : un fragment de pied...

Verso : un bouquet de fleurs teinté en jaune...

Le motif m'a inspiré la forme du sac tubulaire, le corps file sur tout le sac

La touche fluo jusqu'aux "titis pompons"

Le passepoil jaune relie le début et la fin du corps.

       Alors là, c'est une tomette de mon ancien carrelage qui m'a servi de gabarit et hop, un patchwork hexagonal !


 Mon lin bleu teinté cet été tapisse la doublure intérieure

Un velcro noir fait office de fermeture

 C'est bien épais à l'intérieur avec plusieurs strates de tissus (j'ai cassé des aiguilles!)


Ma pochette préférée pour ma mini tablette, on n'est pas bien là au chaud ?